La Fondation de Recherche sur l'Hypertension Artérielle
 
La Fondation de Recherche sur l'Hypertension Artérielle - 5 rue des Colonnes du Trône 75012 Paris(France)
Tel. 01.43.87.81.86 - Fax 01.43.87.81.89 - Courriel : contact.frhta@frhta.org
Recherche

Projets

Liste des projets de recherche en cours de financement par la FRHTA

Profils alimentaires et Qualité nutritionnelle en lien avec le profil de risque cardio-vasculaire et l’atteinte d’organes cibles au sein

du 12/10/2016

ZANNAD Faîez

Centre d’Investigation Clinique 1433
INSERM
CHRU de Nancy et Université de Lorraine

ROSSIGNOL Patrick

Pr. Faîez ZANNAD Pr. Patrick ROSSIGNOL

Contexte :

Les habitudes alimentaires sont un levier puissant pour la prévention du syndrome métabolique et de ses conséquences en termes de risque cardio-vasculaire. De plus, au-delà de sa composition en macronutriments, une meilleure qualité nutritionnelle de l’alimentation a été associée à un risque de mortalité plus faible, notamment cardio-vasculaire (Liese 2015, Harmon AJCN 2015). Un profil alimentaire a priori bénéfique pour la santé (riche en céréales complètes, fruits, légumes, noix, poisson, poulet et produits laitiers et pauvre en viande rouge, lait entier, margarine, beurre, boissons sucrées et collations sucrées et salées) a été montré comme étant associé à un risque réduit d’infarctus du myocarde (Lockheart 2007). Une amélioration du profil alimentaire a été montrée comme étant associée à une réduction de poids corporel, de la pression artérielle et une amélioration de la tolérance au glucose et du profil lipidique (Jacobs 2009). A l’inverse, une faible qualité nutritionnelle est associée à un épaississement plus marqué des larges artères (Kesse-Guyot 2010) et à une plus haute incidence de microalbuminurie pathologique (Nettleton 2008, Chang 2013).

Le développement de ces approches qualitatives de l’alimentation et leur application au sein de cohortes soigneusement phénotypées est une étape indispensable pour prédire l’impact de l’alimentation sur le risque cardio-vasculaire et plus précisément sur ses différentes composantes, et ainsi adapter les recommandations de manière personnalisée en fonction du profil de risque des individus.

Objectifs :

Ce projet a pour objectif de mettre en évidence des profils alimentaires familiaux délétères ou bénéfiques pour l’atteinte d’organes cibles spécifiques du risque cardiovasculaire et rénal: structure et fonction cardiaques, pression artérielle, athérosclérose infraclinique, rigidité artérielle et fonction rénale, microalbuminurie.

Objectif principal:

Une analyse transversale de la relation entre la qualité nutritionnelle, les profils alimentaires de la cohorte familiale STANISLAS et le profil de risque cardio-vasculaire (via notamment l’atteinte d’organes cibles) à 20 ans

Objectif secondaire :

Une analyse prospective de l’impact prédictif de la qualité nutritionnelle de l’alimentation de la cohorte à l’inclusion sur le profil de risque cardio-vasculaire à 20 ans (via notamment l’atteinte d’organes cibles)

Rationnel :

Les aliments étant rarement consommés de manière isolée, l’analyse des profils alimentaires permet de déterminer comment les différentes composantes de l’alimentation s’agrègent entre elles. Ces profils intègrent les effets synergiques de l’alimentation dans son ensemble comparés aux aliments pris de manière isolée, dont les effets étudiés séparément sont souvent faibles et non significatifs. La cohorte STANISLAS regroupe plus de 1000 familles nucléaires initialement saines de la Région Lorraine, région associée à une forte prévalence du syndrome métabolique et des complications cardio-vasculaires, suivie depuis 20 ans. Les données récoltées dans ce cadre paraissent donc tout à fait adaptées à l’étude des liens entre les caractéristiques alimentaires des modes de vie familiaux et le risque cardio-vasculaire.

Méthodologie :

Les analyses proposées dans ce projet vont se baser sur les données récoltées lors de la visite V4, à 20 ans de suivi, et à la visite V1 en basal au sein de la cohorte familiale STANISLAS. Description de la cohorte: La cohorte STANISLAS est une cohorte monocentrique familiale longitudinale de 1006 familles (4295 sujets) de la région de Nancy recrutées en 1993-1995 au Centre de Médecine Préventive de Vandœuvre lès Nancy à l’occasion d’un examen périodique (quinquennal) de santé, sous l’égide de la CNAM (http://www.chu-nancy.fr/cic/en/activite/cohorte.htm).

Cette cohorte a été mise en place avec pour objectif principal la recherche des interactions gène-gène et gène-environnement dans le domaine des maladies cardio-vasculaires, et ce, en se basant sur l’étude de la variabilité inter-individuelle et du déterminisme familial de phénotypes intermédiaires biologiques et morphologiques du risque cardio-vasculaire. Les familles, composées des deux parents et d’au moins deux enfants biologiques étaient supposées saines (au moment de l’inclusion), exemptes de maladie aiguë et/ou chronique déclarée afin de pouvoir évaluer l’effet de la génétique sur la variabilité des phénotypes intermédiaires étudiés dans des conditions physiologiques sans l’influence de la pathologie.

Profil de risque cardio-vasculaire et atteinte organes cibles :

Lors de la visite V4, outre un examen clinique général, sont réalisés une mesure ambulatoire de la pression artérielle sur 24h, un index de pression systolique, un électrocardiogramme, une échographie cardiaque complète de recherche (structure et fonction cardiaques, Frikha 2015), une mesure de l’épaisseur intima-media (athérosclérose infraclinique), une mesure de la rigidité artérielle, un échotracking carotidien et un bilan biologique et urinaire incluant microalbuminurie et fonction rénale.

Données alimentaires et qualité nutritionnelle :

Les analyses transversales à V4 s’appuieront sur les données alimentaires collectées via l’administration de questionnaires de fréquence alimentaire à tous les individus. Pour les analyses prospectives, les données alimentaires en basal (V1) ont été collectées via des journaux alimentaires de 3 jours. Pour pouvoir utiliser ces données, une recodification des quantités déclarées des aliments en portions devra être réalisée, puis ré-analysée à travers une grille de groupes alimentaires pré-définis. Pour évaluer la qualité nutritionnelle de l’alimentation des sujets, nos analyses seront basées sur la caractérisation précise des individus de la cohorte via l’utilisation, des scores de qualité nutritionnelle du régime alimentaire qui seront calculés en se basant sur l’analyse précise et inter-reliée des différents groupes alimentaires, au-delà de la seule distinction des trois principaux macronutriments et de la quantité calorique globale. Plusieurs indices validés dans la littérature seront utilisés : le DASH diet quality score (Günther 2009), le DASH-derived diet quality score (adapté pour intégrer les recommandations diététiques pour la définition et la prise en charge de la santé cardiovasculaire comme définies par l’American Heart Association (Nazare 2013), l’Alternative Healthy Eating Index 2010 (AHEI-2010) (Chiuve 2012).

Profils alimentaires :

La détermination des profils alimentaires sera faite à l’aide d’une analyse en composantes principales (ACP), un des outils les plus utilisés pour l’analyse des données alimentaires en vue de la production de facteurs ou axes (combinaisons de variables) qui résument les profils les plus représentatifs de la population étudiée.

Analyses statistiques :

Des analyses de régression (sur variables continues ou en quintiles) seront réalisées pour déterminer l’association entre la qualité nutritionnelle (différents indices) et les profils avec les paramètres d’intérêt cardiovasculaires et rénaux. Les modèles seront ajustés pour différents covariants (âge, sexe, IMC, apports calorique totaux, tabagisme, éducation, activité physique). Une analyse par « reduced rank regression » (RRR) sera aussi réalisée car particulièrement adaptée à la détermination des profils alimentaires dans le cas où les facteurs étudiés sont des paramètres hautement prédictifs du risque d’intérêt (dans notre cas: le risque cardio-vasculaire) (Liese 2009).

Innovation et originalité :

La cohorte STANISLAS a été mise en place avec pour objectif principal la recherche des interactions gène-gène et gène-environnement (comprenant les déterminants alimentaires) dans le domaine des maladies cardio-vasculaires, et ce, en se basant sur l’étude de la variabilité inter-individuelle et du déterminisme familial de phénotypes intermédiaires biologiques et morphologiques du risque cardio-vasculaire. Des analyses génétiques (GWAS) sont envisagées (recherche de financements en cours) et pourront être exploitées complémentairement. Elle est de fait unique en son genre et représentative des habitudes alimentaires en famille au sein de la population grand-est français. De plus, la cohorte STANISLAS regroupe plus de 1000 familles nucléaires initialement saines de la Région Lorraine (région associée à une forte prévalence du syndrome métabolique et des complications cardio-vasculaires) suivie pendant 20 ans. Peu d’études (à notre connaissance pas en France) se sont intéressées simultanément au lien entre les profils alimentaires et l’atteinte de multiples organes cibles du risque cardio-vasculaire et rénal dans une cohorte familiale de cette envergure, a fortiori en se basant sur des explorations morphologiques et fonctionnelles standardisées de haute précision. Faisabilité: Toutes les données personnelles alimentaires, métaboliques, cardio-vasculaires sont disponibles pour 1500 sujets de la cohorte STANISLAS réévalués lors de la V4. La base de données correspondante est gérée par le CIC-P (F. Zannad, investigateur principal). Le phénotypage cardio-vasculaire de haute précision (Frikha 2015) réalisé lors de la visite V4 est un atout majeur. Ces examens sont réalisés selon des procédures opérationnelles standardisées développées au cours des programmes européens que coordonne le CIC-P.

La qualité des données cliniques, biologiques (explorations échocardiographiques, questionnaires, ....), la possibilité de post-traitement de celles-ci, associées à l’expertise de JA Nazare en épidémiologie nutritionnelle rendent possible notre étude. Retombées attendues: Les résultats obtenus permettront de caractériser avec précision les profils alimentaires associés aux atteintes spécifiques d’organes cibles du risque cardio-vasculaire. Ces données permettront à terme de fournir à la communauté scientifique et aux autorités de santé des outils pour adapter les recommandations nutritionnelles personnalisées en fonction du profil de risque spécifique des individus.


Dernière modification 12/10/2016

 
Retour | 
SPECIALISTES DE L'HTA
Société Française d'Hypertension Artérielle
Comité Français de Lutte Contre l'Hypertension Artérielle
NEWSLETTER - LA LETTRE DE LA FRHTA
Courriel

inscription     désinscription
HONCODE
RETROUVER NOUS
Facebook Facebook
Last update 15/05/2017 | Concept & Development by Cosmo | HDP