La Fondation de Recherche sur l'Hypertension Artérielle
 
La Fondation de Recherche sur l'Hypertension Artérielle - 5 rue des Colonnes du Trône 75012 Paris(France)
Tel. 01.43.87.81.86 - Fax 01.43.87.81.89 - Courriel : contact.frhta@frhta.org
Recherche

Lettre n°5 décembre 2010

Lettre n°5 décembre 2010

Éditorial


Partenariat pour l'amélioration de la prise en charge de l'hypertension artérielle : l'engagement du groupe de recherche Servier


Jean Philippe Seta
Secrétaire FRHTA et
président opérationnel du groupe Servier

Microscope Lors de la création de la Fondation de recherche sur l'hypertension artérielle (FRHTA), il y a maintenant cinq ans, les laboratoires Servier se sont tout naturellement inscrits pour soutenir l'action de cette Fondation tant sur le plan financier que scientifique. Dans ce cadre, j'ai accepté d'assumer la responsabilité de secrétaire du conseil d'administration de la FRHTA.

Les actions de la Fondation, catalyseur de projets de recherche d'envergure au niveau national comme au niveau régional, se sont exprimées dans le cadre de soutiens à la recherche à l'occasion d'appel d'offres conduits ces trois dernières années. Ces appels d'offres ont permis de retenir des projets de recherche qui ont pour caractéristiques d'être à la fois pluridisciplinaires, multicentriques, et de concerner des sujets tout à fait passionnants dans le domaine de l'hypertension artérielle et des facteurs de risques associés.

Plus récemment, j'ai soutenu, au sein du conseil d'administration, la décision de mettre en place, un Observatoire français de la pression artérielle et de l'hypertension (OFPA).

Ce projet ambitieux devrait permettre de conduire des recherches innovantes dans le domaine de l'hypertension artérielle et d'apporter des connaissances épidémiologiques en France dans ce domaine tant diagnostique, pronostique que thérapeutique.

J'aimerais rappeler que depuis quinze ans le groupe Servier s'est engagé avec les grands organismes de la recherche publique dans des collaborations dont les objectifs sont la mise en commun des expertises et les transferts des connaissances. Ainsi, Servier est l'un des partenaires industriels les plus importants de l'Inserm en France, un accord cadre renforçant notre collaboration dans les domaines des neurosciences, du métabolisme et également des pathologies cardiovasculaires. De la même façon, le CNRS et Servier sont engagés dans une collaboration de recherche avec deux objectifs: accélérer le processus de découverte de médicaments innovants, d'une part, et, favoriser la conceptualisation du développement de recherche pharmaceutique, d'autre part. Il importe ainsi de pouvoir transférer et interpréter le plus rapidement possible les connaissances et les technologies nouvelles lors des applications diagnostiques ou thérapeutiques au bénéfice des patients.

Au sein de la FRHTA, nous entendons poursuivre cette action de partenariat qui associe souvent médecins, chercheurs et patients dans le cadre du concept de recherche translationnelle, continuum entre une recherche fondamentale essentielle à tout progrès et une recherche clinique se pré occupant du patient dans sa réalité complexe.

Avec de premières satisfactions puisque des projets très concrets ont pu voir le jour dans des domaines aussi variés que l'évaluation des conséquences de l'hypertension artérielle sur la paroi artérielle, l'hyperaldostéronisme primaire, la résistance à l'insuline et les syndromes métaboliques. Sans oublier la mise en place de larges registres et cohortes, essentiels au suivi de l'hypertension artérielle dans notre pays.


Parole d'expert


Personnels soignants Les personnels soignants sont aussi victimes de souffrance du travail. En caractérisant scientifiquement les problèmes, la recherche contribue à favoriser une prévention rationnelle. L'étude ORSOSA participe à cette démarche, explique le Pr Régis de Gaudemaris

Pourquoi conduire une recherche sur le thème des contraintes psychologiques et organisationnelles au niveau des unités de soins ?

Dans les établissements de soins, les dysfonctionnements individuels à type d'épuisement professionnel, souffrance au travail ou perte du sens du travail sont en augmentation. Dans ce cadre, la pénibilité physique du travail est bien connue, mais les contraintes psycho logiques et organisationnelles qui sont associées à un risque de pathologies cardiovasculaires doivent être mieux étudiées pour être mieux prévenues.

En quoi consiste la cohorte ORSOSA?
La cohorte a été conçue pour développer un outil de mesure des contraintes, et proposer une méthode de repérage des situations les plus critiques à l'échelle des unités de travail. La cohorte a été conduite sur un échantillon de 210 unités fonctionnelles de soins issus de sept CHU (Lille, Grenoble, Toulouse, Bordeaux, Limoges, Nancy et Strasbourg). Globalement, elle inclut plus de 4000 personnes, aides-soignantes et infirmières. Les informations individuelles des personnels volontaires ont été recueillies par différents questionnaires dont je ne détaille pas ici les aspects méthodologiques. La cohorte est essentiellement féminine (90,9 % chez les infirmières et 88,8 % chez les aides-soignantes), la structure d'âge diffère significativement entre ces deux professions (60,7 % des infirmières et 38,3 % des aides-soignantes ont moins de 40 ans), plus de deux tiers des personnels travaillent à temps plein avec chez les infirmières plus d'horaires alternants.

Des facteurs de risques comme le tabac et la surcharge pondérale sont significativement plus élevés chez les aides-soignantes.

Avec quels résultats ?

Notre recherche a permis de développer et valider un outil de quantification des contraintes à partir du vécu des infirmières et aides-soignantes au niveau de leur unité de travail sur huit dimensions.

Cet outil de diagnostic fournit un cadre pour l'intervention plus fouillée aux médecins, ergonomes et psychologues du travail, et autorise une méthodologie d'intervention au niveau de ces unités associant l'identification de situations d'alerte et la mise en place d'une dynamique d'appropriation collective des résultats puis de propositions de prévention.

Nos résultats, qui ont été publiés dans la presse scientifique, se veulent force de proposition pour améliorer la santé au travail en privilégiant l'approche collective au niveau de leur source même: les unités de travail. Je soulignerai que l'étude ORSOSA ne se résume pas à l'utilisation d'un « énième » questionnaire de mesure. En effet, elle propose une démarche simple permettant de conduire une démarche collective d'alerte, de diagnostic collectif et de recherche d'actions correctives au plus près des activités. Il est intéressant de constater que la dimension « effectif insuffisant », trop souvent reprise comme solution à tout problème n'est que l'une de ces huit dimensions, la méthode pointant d'autres possibilités d'actions souvent méconnues des équipes.

Et vous avez pu obtenir des données épidémiologiques ?

Oui. L'une des forces de l'étude est aussi sa dimension de cohorte épidémiologique qui vise à évaluer la valeur pronostique des dimensions du NWI-EO vis-à-vis de la santé mentale, l'hypertension artérielle et la survenue des troubles musculo - squelettiques. Ces travaux de recherche imposent des modèles statistiques multiniveaux complexes. Les données transversales de 2006 ont montré des liens entre certaines des huit dimensions et la dépression ou l'élévation de la pression artérielle.

Pour la pression artérielle ?

L'hypothèse que les conditions de travail puissent élever transitoirement la pression artérielle fait toujours débat. Dans notre travail, les pressions artérielles systolique et diastolique, le surpoids, le tabagisme ainsi que la sédentarité apparaissaient significativement plus fréquentes chez les aides-soignantes que chez les infirmières. Les proportions de femmes travaillant au sein des services d'urgences et de réanimation, de femmes travaillant à temps partiel, ou avec des horaires fixes de jour étaient plus élevées dans le groupe des infirmières. Les aides soignantes présentaient des scores de contraintes psycho-organisationnelles plus élevés dans six des huit domaines explorés. En moyenne, les pressions artérielles systolique et diastolique apparaissaient significativement associées à l'âge (p < 0,001), au surpoids (p < 0,001).

L'écart entre les pressions artérielles systoliques chez les agents travaillant de jour et ceux travaillant de nuit était de 2,5 mmHg (p < 0,001). Après ajustement sur les caractéristiques personnelles et du travail, et la structure hiérarchique des données, les mauvaises relations dans l'équipe étaient significativement associées à la pression artérielle systolique.

Pour une différence d'un point du score de contraintes NWI-OH, la pression artérielle systolique était supérieure de 0,2 mmHg en moyenne. Cependant, il n'y avait pas de différence entre infirmières et aides-soignantes et le lien entre pression artérielle et relations dans l'équipe n'était pas différent selon la profession (test d'interaction non significatif). Au fond, les liens entre pression artérielle et conditions de travail restent peu clairs. Il faut donc poursuivre nos travaux.

En termes de calendriers où en êtes-vous?

Les deux phases de recueils de données (2006 et 2008) sont finies, l'analyse de la prévalence en 2006 et 2008 a été effectuée, deux publications internationales ont été faites et celle concernant l'HTA a été soumise.

En quoi le soutien de la FRHTA a-t-il été déterminant?

Il a permis de financer des séminaires de travail tous les six mois entre les quatre équipes de recherches impliquées dans ORSOSA et aussi du temps de travail d'ingénieur statisticien pour développer les méthodes originales utilisées, notamment fondées sur l'expertise de l'équipe de Thierry Lang à Toulouse dans le domaine des « inégalités sociales de santé » et le développement de modèles épidémiologiques et biostatistiques de médiation originaux.

Pr Régis de Gaudemaris
Chef du département de médecine et santé au travail
CHU de Grenoble, CNRS 5525 Grenoble


Parole aux fondateurs


Améliorer la prise en charge des patients à risque


Thibaud Teyssier, Directeur France Omron

Omron

Omron Santé est un groupe leader dans le domaine des équipements médicaux destinés à la surveillance de la santé. Notre gamme de produits comprend des tensiomètres, des thermomètres médicaux électroniques, des appareils d'inhalothérapie, des podomètres ainsi que des brosses à dents soniques et des appareils médicaux professionnels.

Au-delà de la technologie, nous avons pris un véritable engagement en faveur d'une vie saine. Nous voulons offrir un service complet de gestion des soins destiné à prévenir et à combattre les problèmes de santé de plus en plus courants tels que l'hypertension, les difficultés respiratoires, le diabète et l'obésité. Sa filiale, Omron Santé FRANCE, s'est donné comme objectif d'être un leader novateur sur le marché qui offrira des produits et des services de santé de qualité à une valeur satisfaisante, qui avantageront et satisferont les clients en quête de qualité de vie. Notre ambition est d'améliorer quantitativement et qualitativement la prise en charge du patient à risque cardiovasculaire.

Pour atteindre cet objectif, nous avons défini trois axes prioritaires :

1. La détection: en complément du travail des instances centrales, nous sommes persuadés que la détection se fait chaque jour par les professionnels de santé sur le terrain, c'est pourquoi, nous organisons des EPU vers les médecins généralistes, nous proposons des formations auprès du personnel des magasins de matériel médical et des pharmacies en promouvant l'automesure de qualité.

2. L'aide au patient : au-delà de la détection de la maladie, nos outils aident au changement de comportement du patient.

Nos podomètres et impédancemètres permettent au patient de se fixer des objectifs de contrôle de l'activité physique et de la masse pondérale. Notre participation aux parcours du cœur est l'événement annuel symbole de notre mission.

3. La recherche : au-delà de notre soutien actif à la FRHTA, nous nous engageons à proposer des produits innovants qui entendent les besoins des chercheurs : le AI 9000 permet, aujourd'hui, de mesurer la pression centrale et la rigidité artérielle.

Nous sommes persuadés que notre développement ne continuera que si nos produits garantissent la qualité de la mesure et la simplicité d'utilisation.

Nous avons toujours insisté sur la validation des appareils de tension tant sur le plan national qu'européen. Nous nous évertuons à respecter les critères de l'Afssaps, de l'European Hypertension Society (ESH) et de l'Association for the Advancement of Medical instruments.

Notre nouvelle gamme de tensiomètres, lancée en 2010, accompagne le patient : indication de mauvais positionnement, détection de battements irréguliers, autocontrôle de la puce. Et elle s'inscrit dans le cadre de notre définition de la santé : excellence et recherche permanente d'une meilleure qualité.

Nous espérons que les médecins continueront à nous apporter leur soutien dans les années à venir pour atteindre ses objectifs.


Vie de la Fondation : à signaler !


Site ANR



La Fondation protège son nom et son logo

Le nom, l'acronyme et le logo de la Fondation sont désormais déposés auprès de l'Institut national de protection industriel (Inpi). Cette démarche facilite et protège l'utilisation de ces éléments dans le cadre des actions de communications réalisées avec nos fondateurs partenaires.


Rencontre avec Madame Valérie Pécresse

Une rencontre avec Madame Valérie Pécresse, ministre de la Recherche et de l'Enseignement supérieur a été l'occasion de sensibiliser Madame la ministre aux problématiques de l'hypertension artérielle en France et aux actions de recherche menées par la FRHTA depuis sa création en 2006.

Les perspectives du projet d'Observatoire français de la pression artérielle et de l'hypertension (OFPA) en cours de définition ont été notamment abordées.


Rencontre lors des Journées de l'HTA

Désormais, bien inscrite dans le paysage professionnel de l'hypertension en France, la Fondation anime, le vendredi 17 décembre 2010, un atelier lors des 30es Journées de l'hypertension artérielle (wwwsfhta.org). Sont présentés notamment le registre ARCADIA portant sur la fibrodysplasie, l'étude VITARAA portant sur le risque artériel chez les Pygmées et les patients HIV Camerounais, l'étude COVADIS sur la rigidité artérielle et un travail sur l'hyperaldostéronisme primaire. Venez également nous retrouver sur le stand commun SFHTA/FRHTA, nous vous accueillerons avec plaisir.


Investissements d'avenir / Grandemprunt

Dans le cadre de l'appel à projets « Investissements d'avenir / Grand emprunt » lancé par l'Agence nationale de la recherche (ANR) (http://www.agence-nationale-recherche.fr), la FRHTA a déposé un dossier de demande de financement pour le projet d'Observatoire français de la pression artérielleet de l'hypertension (OFPA).

 
Retour | 
SPECIALISTES DE L'HTA
Société Française d'Hypertension Artérielle
Comité Français de Lutte Contre l'Hypertension Artérielle
NEWSLETTER - LA LETTRE DE LA FRHTA
Courriel

inscription     désinscription
HONCODE
RETROUVER NOUS
Facebook Facebook
Last update 14/02/2017 | Concept & Development by Cosmo | HDP