La Fondation de Recherche sur l'Hypertension Artérielle - 5 rue des Colonnes du Trône 75012 Paris(France)
Tel. 01.43.87.81.86 - Fax 01.43.87.81.89 - Courriel : contact.frhta@frhta.org

Infos@tension

Infos@tension

Infos@tension



Afin de recevoir infos@tension, la lettre d’information de la FRHTA,


La lettre d’information de la Fondation de Recherche sur l’Hypertension Artérielle


SUIVI DES HYPERTENDUS EN 2020 - décembre 2020





LE SOMMAIRE


LE CONSEIL DU PRÉSIDENT


Suivi de l’hypertension en 2020 : "Malgré la pandémie, les hypertendus n’ont pas interrompu leur prise en charge et ils ont même amélioré leur suivi grâce à l’automesure de la tension."


Auteur : Pr Xavier Girerd, Président de la Fondation de Recherche sur l’hypertension artérielle et cardiologue à l’Assistance Publique à Paris.


L’hypertension est la maladie chronique la plus fréquente en France et la désorganisation du système de santé provoquée par la pandémie n’a pas épargné les 10 millions d’hypertendus traités.

Le premier enseignement a été de constater que les hypertendus se sont organisés pour ne pas interrompre leur prise en charge pendant la période du strict confinement. Ils ont, avec l’aide de leur pharmacien, constitué un petit stock de leurs médicaments antihypertenseurs. Ils ont aussi accepté la téléconsultation avec leur médecin pour obtenir le renouvellement de leur ordonnance.

Le deuxième enseignement a été de constater que les médecins ont accepté de faire confiance aux patients pour la mesure de leur tension. L’automesure de la tension qui est indispensable pour permettre le suivi des hypertendus par téléconsultation a trouvé un nouvel essor et de nombreux tensiomètres automatiques ont été ressortis des tiroirs.

Le troisième enseignement a été de constater que les marqueurs de la qualité de la prise en charge de l’hypertension comme : le pourcentage de bithérapies sur les ordonnances ou le nombre de boites d’antihypertenseurs remboursés par l’assurance maladie, se sont améliorés au cours de l’été 2020.

Ainsi, lorsqu’en période de pandémie la préservation de la santé devient la principale préoccupation de la population, les hypertendus qui ont été présentés comme des «sujets à risque» ont été à l’évidence sensibilisés et pour « prendre soin de leur santé » ils ont amélioré le suivi de leur hypertension.

Pour suivre l’actualité sur les nouveautés concernant l’automesure de la tension rendez-vous ici.





L’INFO RECHERCHE


Une étude NHANES portant sur le contrôle de l’hypertension artérielle aux Etats-Unis pendant les 20 dernière années montre une dégradation du contrôle tensionnel, qui peut s’expliquer par l’augmentation de l’obésité aux USA.


Pour les professionnels de santé :



Auteur : Dr MC Wimart, membre du Comité Français de Lutte contre l’Hypertension Artérielle

Voici les résultats du contrôle de l’hypertension artérielle aux Etats Unis pendant les 20 dernière années.

Les études NHANES sont des enquêtes réalisées sur un échantillon représentatif de la population adulte vivant aux USA. Un bilan de santé protocolisé est réalisé par un technicien de santé à domicile comportant, entre autre, 3 mesures de la tension artérielle avec la moyenne des 3 mesures pour définir l’état tensionnel du sujet.

Dans les études NHANES, le statut d’Hypertension artérielle est défini si la tension mesurée lors de la visite est supérieure ou égale à 140/90 ou si le sujet déclare suivre un traitement par au moins un médicament antihypertenseur. Le contrôle tensionnel est lui définis par le résultat de la tension obtenu lors de la visite comme inférieur à 140 pour la systolique et 90 pour la diastolique.

Nous allons détailler les résultats concernant le contrôle tensionnel. L’étude sur 20 ans montre que celui-ci s’améliore jusqu’en 2007 passant de 31 à 53,8 %, puis se stabilise jusqu’en 2012 et à partir de 2013-2014, se dégrade pour atteindre 43,7 % de la population totale. Cette évolution du contrôle tensionnel en 3 phases « amélioration, stabilisation puis dégradation » est identique dans tous les sous-groupes : sujets traités par antihypertenseurs et sujets non traités, sujets âgés de plus de 75 ans, sujets appartenant au groupe des afro-américains et des hispaniques.

En conclusion, la dégradation du contrôle tensionnel dans la population vivant aux USA sur la période récente est le marqueur d’une dégradation de la santé cardio-métabolique de la population Américaine. De nombreuses raisons peuvent expliquer ce phénomène mais l’augmentation de la proportion des patients ayant une obésité semble être un des facteurs important.Pour obtenir plus de détails sur cette étude riche en informations sur la prise en charge de l’HTA aux USA, lisez l’article publié dans le JAMA.



Pour les patients :




Auteur : Constance Medvedeff, directrice de la FRHTA


Pour ce numéro d’infos@tension, nous avons sélectionné une étude sur le contrôle de l’hypertension artérielle aux Etats-Unis durant les 20 dernières années. Depuis plusieurs décennies les enquêtes NANE-S permettent de connaître l’état de santé des populations qui vivent aux USA. Pour celà un technicien de santé réalise au domicile du sujet un bilan qui comporte entre autre la mesure de la tension en respectant la bonne pratique qui est de réaliser au moins 3 mesures consécutives lorsque le sujet est en position assise après quelques minutes de repos. Si la tension est inférieure à 140 pour la SYS et à 90 pour la DIA, il était déclaré comme étant un hypertendu contrôlé.Les courbes de ce schéma montrent le pourcentage des sujets qui ont une hypertension contrôlée au cours des 20 dernières années dans le groupe de ceux qui prennent un antihypertenseur et dans celui qui n’en reçoivent pas. Les deux groupes ont une progression en 3 phases:

  • phase d’amélioration jusqu’en 2007 passant de 31,8 à 53,8 %
  • phase de stabilisation jusqu’en 2012
  • Et enfin dégradation à partir de 2013-2014 qui conduit à observer que 43,7 % de la population a une hypertension contrôlée en 2018
Cette évolution est la même quel que soit le sous-groupe: sujets traités par antihypertenseurs et sujets non traités, sujets âgés de plus de 75 ans, sujets appartenant au groupe des Afro-Américains et des Hispaniques. Il existe de nombreuses raisons à cette dégradation des chiffres du contrôle de l’hypertension, mais une des raisons est l’augmentation des sujets ayant une obésité.

Pour aller plus loin sur ce sujet, lire l’article publié dans le JAMA en 2020.




LE CHIFFRE FLAHS


Avec un diagnostic par automesure, 16 % d’hypertension non prise en charge et 37 % d’hypertendus traités ne sont pas contrôlés.




Auteur : Pr Xavier Girerd, Président de la Fondation de Recherche sur l’hypertension artérielle et cardiologue à l’Assistance Publique à Paris.

L’enquête FLAHS 2020 a été réalisée en juillet 2020 par un auto-questionnaire envoyé à 6000 individus âgés de 35 ans et plus issus de la base de sondage permanente Métascope de Kantar Health. Une représentativité des résultats pour la population Française métropolitaine a été assurée par redressement statistique des données.

Dans FLAHS 2020, 823 sujets ont mesuré leur tension avec un tensiomètre automatique et ont réalisé 6 séquences de 3 mesures, pendant 3 jours. L’autodépistage correspond à la moyenne des tensions de la première séquence.

L’automesure à la moyenne des tensions des 6 séquences. Le diagnostic d’une hypertension est retenu si un sujet a plus de 135 pour la SYS ou plus de 85 pour la DIA. La prévalence de l’hypertension n’est pas la même selon le protocole utilisé, elle est de 37 % avec l’autodépistage et de 28 % avec l’automesure.

En considérant que l’automesure constitue la méthode la plus précise pour porter un diagnostic, 16 % de la population a une hypertension qui n’est pas prise en charge et 37 % des hypertendus traités ne sont malheureusement pas contrôlés. Ces chiffres indiquent que l’hypertension artérielle concerne en France une partie importante de la population adulte et que l’efficacité de son dépistage et de sa prise en charge devrait être améliorée.

Pour consulter tous les résultats des études FLAHS, rendez-vous à la rubrique Enquêtes FLAHS.


L’INVITÉ


Robert Boualit (Solutions Santé Digitale) est l’éditeur des applisHTA. Il s’est appuyé sur l’expertise scientifique de la Fondation pour créer une suite d’applications destinées à améliorer la prise en charge des hypertendus.







ECOUTER LA LETTRE



Vous êtes professionnel de santé ?

> Ecoutez la lettre (durée 8"08)







Vous êtes patient ?

> Ecoutez la lettre (durée 7"24)







LE CONSEIL DU PRÉSIDENT


Suivi de l’hypertension en 2020 : "Malgré la pandémie, les hypertendus n’ont pas interrompu leur prise en charge et ils ont même amélioré leur suivi grâce à l’automesure de la tension."











L’INFO RECHERCHE


Une étude NHANES portant sur le contrôle de l’hypertension artérielle aux Etats-Unis pendant les 20 dernière années montre une dégradation du contrôle tensionnel, qui peut s’expliquer par l’augmentation de l’obésité aux USA.



Pour les professionnels de santé :








Pour les patients :









LE CHIFFRE FLAHS


16 % des hypertendus ont pratiqué la téléconsultation pendant le confinement du printemps 2020.











L’INVITÉ


Robert Boualit (Solutions Santé Digitale) est l’éditeur des applisHTA. Il s’est appuyé sur l’expertise scientifique de la Fondation pour créer une suite d’applications destinées à améliorer la prise en charge des hypertendus.










HYPERTENSION ET COVID-19 - NOVEMBRE 2020





LE SOMMAIRE


LE CONSEIL DU PRÉSIDENT


Risques de la covid-19 pour les hypertendus : "Un hypertendu de plus de 65 ans, sans maladie cardio-vasculaire ou précarité, présente un risque faible de faire une forme grave de la COVID-19. "


Auteur : Pr Xavier Girerd, Président de la Fondation de Recherche sur l’hypertension artérielle et cardiologue à l’Assistance Publique à Paris.

Dans ce numéro d’info tension du mois de novembre 2020, je souhaite faire le point sur les risques qu’ont les hypertendus face à la COVID 19. Actuellement nos connaissances sur le sujet sont :
  • que les patients avec une hypertension artérielle ont un risque comparable à celui des sujets sans HTA d’être touchés par la Covid-19.
  • En ce qui concerne les formes graves de la COVID, de nombreuses études réalisées depuis le début de la pandémie ont montré que les formes nécessitant une hospitalisation sont heureusement rares. Leur fréquence est toutefois augmentée chez les sujets de plus de 65 ans en particulier si ils sont traités pour une hypertension artérielle associée à une autre maladie cardio-vasculaire. Il faut donc retenir qu’un hypertendu même âgé mais sans autre maladie cardio-vasculaire, a un faible risque de faire une forme grave de la COVID-19.
  • Chez les sujets de moins de 65 ans, les formes graves sont encore plus rares, mais chez ceux ayant une obésité surtout si elle est compliquée d’un diabète et d’une HTA augmente alors le risque d’une forme sévère qui imposera une hospitalisation.

Enfin, un grand nombre d’études observationnelles réalisées tout autour du monde montre que les patients qui, avant d’être touchés par la COVID-19, étaient traités par un anti-hypertenseurs ARA2 (les sartans) ou par IEC ont eu un risque de décès par la COVID-19 qui est diminué.

Toutes ces informations conduisent les médecins spécialistes à indiquer à leur patient la poursuite de leur traitement antihypertenseurs pendant l’épidémie de la covid-19, ce d’autant que le traitement comporte un sartan ou un IEC.

Pour suivre l’actualité de la COVID-19 et de l’hypertension artérielle rendez-vous à la rubrique HTA et COVID sur le site FRHTA.ORG



L’INFO RECHERCHE


Une étude observationnelle réalisée à Parismontre que les ARA2/IEC diminuent la mortalité à 30 jours chez des patients très âgés hospitalisés pour COVID-19.


Pour les professionnels de santé :



Auteur : Dr MC Wimart, membre du Comité Français de Lutte contre l’Hypertension Artérielle

Présentation des résultats d’une étude réalisée chez des patients âgés hospitalisés dans l’unité gériatrique aigüe de l’Hôpital Broca à Paris en avril 2020. Etude coordonnée par le Pr Oliver Hanon et publiée en septembre 2020.

L’objectif de cette étude observationnelle rétrospective était d’évaluer la mortalité à 30 jours chez des patients hospitalisés pour la COVID et qui, avant d’être infectés étaient soignés pour une maladie cardiovasculaire.
Les patients qui avaient sur leur prescription un traitement qui comprenait un IEC ou un ARA2 ont été comparés à ceux qui n’en avaient pas.

Les 201 patients inclus avaient une forme symptomatique de la COVID-19 avec PCR positive, un âge moyen de 86 ans et des antécédents de pathologies associées.

Regardons les courbes de mortalité de ces patients qui étaient 63 dans le groupe avec IEC ou ARA2 et 138 patients dans le groupe n’ayant pas ces traitements à l’entrée.

Les courbes commencent à se séparer dès la 1ere semaine et au terme d’un mois la mortalité dans le groupe IEC ou ARA2 a été de 22,2% alors qu’elle a été de 37,7% dans le groupe non traité avec ces médicaments avant le début de leur infection à la COVID. Cette différence montre une diminution de 46% qui est statistiquement significative.

Ces résultats sont confirmés par d’autre études avec des patients plus jeunes et les méta-analyses publiées regroupent maintenant plusieurs dizaine d’études observationnelles qui indiquent l’intérêt pour diminuer la mortalité de la COVID-19 d’avoir un IEC ou un ARA2 dans un traitement chronique pour soigner une maladie cardiovasculaire.

En conclusions, la mortalité des patients très âgés hospitalisés pour la covid-19 est diminuée chez les patients qui étaient traités par IEC ou ARA2 avant le début de l’infection.

Ces résultats confirmés par des études observationnelles chez les patients plus jeunes, indiquent l’intérêt pour diminuer la mortalité de la COVID-19, d’avoir un IEC ou un ARA2 dans leur traitement chronique pour soigner leur maladie cardiovasculaire.
Comme ce résultat est issu d’études observationnelles le conseil pouvant être donné aux hypertendus traités est la poursuite du traitement par IEC ou par ARA2 en cette période épidémique de la COVID-19.

Pour ceux qui veulent poursuivre la lecture de cette étude, vous trouverez toutes les données dans la publication du Journal of the American Medical of the Directors Association (JAMDA) ou sur le site de la FRHTA, et la méta-analyse sur Pharmacology Research and Perspectives.




Pour les patients ?




Auteur : Constance Medvedeff, directrice de la FRHTA

Présentation d’une publication réalisée par l’Hôpital Broca à Paris concernant la mortalité des personnes très âgées hospitalisées pour COVID-19 en avril 2020.

  • 201 patients avaient une forme symptomatique de la COVID-19, un âge moyen de 86 ans et des antécédents de maladies associées (une grande majorité était atteinte de démence). Parmi eux, 63 patients suivaient un traitement par IEC (nom du médicament se terminant par -pril) ou par ARA2 (nom du médicament se terminant par -sartan) avant d’être infectés par la COVID-19.
  • 138 patients n’avaient pas ces traitement à leur arrivée à l’hôpital.

Les courbes représentent le pourcentage de mortalité dans chaque groupe et celles-ci se séparent dès la première semaine. Au bout d’un mois, on constate une baisse de moitié de la mortalité, ce qui est très rassurant ! Cela indique que 78 % des patients très âgés hospitalisés pour COVID-19 et traités par ces médicaments hypertenseurs survivent à la covid-19.

Ce résultat a été confirmé par d’autres études réalisées sur des patients plus jeunes.

Le conseil des experts en hypertension artérielle pour les patients traités par IEC ou ARA2 : poursuivre leur traitement durant cette période épidémique de la COVID-19 et de ne surtout pas l’arrêter sans avis médical.



LE CHIFFRE FLAHS


16 % des hypertendus ont pratiqué la téléconsultation pendant le confinement du printemps 2020.



Auteur : Pr Xavier Girerd, Président de la Fondation de Recherche sur l’hypertension artérielle et cardiologue à l’Assistance Publique à Paris.

L’enquête FLAHS 2020 a été réalisée en juillet 2020 par un auto-questionnaire envoyé à 6000 individus âgés de 35 ans et plus issus de la base de sondage permanente Métascope de Kantar Health. Une représentativité des résultats pour la population Française métropolitaine a été assurée par redressement des données sur la région, l’habitat, la Catégorie Socio Professionnelle, le sexe et l’âge.

Le chiffre FLAHS de ce numéro d’info tension concerne les moyens du suivi médical des hypertendus pendant le confinement du printemps 2020.

Pour permettre le suivi de leur hypertension, 46% des patients ont opté pour une consultation présentielle, 10% pour une consultation par téléphone et 6%.pour une téléconsultation en visio.

Ces chiffres montrent que pendant la covid-19, les hypertendus et leurs médecins se sont adaptés pour ne pas interrompre leurs prise en charge et la téléconsultation a fait ses débuts dans le parcours de soin des patients avec une Hypertension artérielle.

Pour consulter l’ensemble des résultats des études FLAHS menées depuis 2001 rendez-vous à la rubrique Enquêtes FLAHS sur le site FRHTA.ORG



L’INVITÉ


Nicolas Lachaux (Groupe Spengler) propose de rapporter dans des magasins de vente de matériel médical les tensiomètres inutilisés afin de les recycler ou de les réemployer dans le cadre d’associations humanitaires.









ECOUTER LA LETTRE



Vous êtes professionnel de santé ?

> Ecoutez la lettre (durée 9"30)





Vous êtes patient ?

> Ecoutez la lettre (durée 7"55)





LE CONSEIL DU PRÉSIDENT


Risques de la covid-19 pour les hypertendus : "Un hypertendu, même âgé mais sans autre maladie cardio-vasculaire, a un faible risque de faire une forme grave de la covid-19."




L’INFO RECHERCHE


Une étude observationnelle réalisée à Paris montre que les ARA2/IEC diminuent la mortalité à 30 jours chez des patients très âgés hospitalisés pour COVID-19.


Pour les professionnels de santé :





Pour les patients :






LE CHIFFRE FLAHS


16 % des hypertendus ont pratiqué la téléconsultation pendant le confinement du printemps 2020.





L’INVITÉ


Nicolas Lachaux (Groupe Spengler) propose de rapporter dans des magasins de vente de matériel médical les tensiomètres inutilisés afin de les recycler ou de les réemployer dans le cadre d’associations humanitaires.



 
Retour | 
Infos@tension, décembre 2020


La lettre mensuelle d’information sur l’HTA est disponible ici


En décembre 2020, le thème est "Suivi des hypertendus en 2020".

Au sommaire : Le Conseil du Président par le Pr Xavier Girerd (FRHTA), L’info recherche par le Dr Marie-Catherine Wimart (CFLHTA), Le chiffre FLAHS et L’invité, Robert Boualit créateur des appliHTA.

Afin de recevoir infos@tension, inscrivez-vous ici
Les téléchargements
Vous souhaitez connaître votre tension artérielle ?

Vous devez réaliser une automesure ?

Obtenir un tensiomètre automatique
La FRHTA dans la presse

Inquiétante dégradation du contrôle de la prise en charge de l’HTA en France


Néphrologie et Thérapeutique (16) 2020 : 347-352


Le Journal des femmes


8 décembre 2020 : "Anti-hypertenseurs: naturel, médicament, effets secondaires"


Réalités cardiologiques


N°357, novembre 2020 : "Quoi de neuf en HTA ?"
- HTA et covid-19 : ce que l’on sait en novembre 2020
- La témédecine dans l’HTA : le coup d’accélérateur apporté par la covid-19


TLM (Toute L’information sur la formation Médicale continue)


N° 121 daté oct/nov/déc 2020 : "Les bonnes pratiques d’utilisation de l’automesure tensionnelle à domicile"


SPECIALISTES DE L'HTA
Société Française d'Hypertension Artérielle
Comité Français de Lutte Contre l'Hypertension Artérielle
NEWSLETTER - LA LETTRE DE LA FRHTA
Courriel

inscription     désinscription
RETROUVEZ-NOUS
Facebook Facebook
Last update 13/01/2021 |
Concept & Development by Cosmo | HDP