La Fondation de Recherche sur l'Hypertension Artérielle
 
La Fondation de Recherche sur l'Hypertension Artérielle - 5 rue des Colonnes du Trône 75012 Paris(France)
Tel. 01.43.87.81.86 - Fax 01.43.87.81.89 - Courriel : contact.frhta@frhta.org
Recherche

Dangers de l’hypertension

Dangers de l’hypertension
Un rapport, publié en mai 2007, faisant une comparaison de huit pays place la France en tête en matière de prévention et de traitement des accidents vasculaires cérébraux (AVC) et fait des recommandations pour réduire l’incidence de cette maladie et améliorer sa prise en charge.

Le rapport d’un groupe d’experts (dont le Pr Pierre Amarenco pour la France) a été réalisé sous l’égide de la World Stroke Organisation, avec un financement du laboratoire Pfizer, et a été rendu public à l’occasion du congrès américain de neurologie qui s’est tenu à Boston.

Intitulé "L’AVC est une maladie catastrophique", ce rapport rappelle qu’environ 25% des hommes et 20% des femmes qui vivent jusqu’à l’âge de 85 ans auront eu un AVC. Il survient annuellement [[15 millions d’AVC dans le monde et 5,7 millions conduisent au décès.

Les auteurs de ce rapport ont comparé les chiffres de décès par AVC de huit pays : Brésil, France, Allemagne, Italie, Japon, Pologne, Royaume-Uni et Etats-Unis.

L’analyse des données venant de l’OMS montre que la France est le pays où le taux de décès par AVC est le plus bas, suivi de près par les Etats-Unis, alors que les autres pays d’Europe de l’Ouest et le Japon ont un taux plus élevé, suivis par la Pologne et enfin le Brésil qui ont des taux encore plus hauts.

Toutefois, selon les auteurs, alors que le faible taux de décès par AVC en France serait dû à la fois à la prévention et au traitement des AVC, aux Etats-Unis, cela serait dû principalement au traitement. Ce pays est le pionnier des "stroke centers", unités dédiées à la prise en charge aiguë des AVC, déclinées en France sous le nom d’unités neurovasculaires (UNV).

Les bons résultats français seraient donc dus notamment à la prévention et le rapport cite une série de mesures prises ces dernières années : plan de prévention cardiovasculaire de 2002 qui mettait l’accent sur le contrôle de l’hypertension, facteur de risque majeur de l’AVC, loi de santé publique de 2004 qui incluait les AVC dans ses objectifs, mesures contre le tabagisme et plan national nutrition santé.

En revanche, encore en 2004 seulement 40% des patients étaient hospitalisés en neurologie et 5% dans une UNV, et le délai de transfert des services de soins aigus aux unités de réadaptation reste long, note le rapport. De plus, la connaissance des AVC par la population française demeure faible.

Le rapport fait plusieurs recommandations de portée générale. Il propose notamment d’augmenter la connaissance des AVC et de leurs facteurs de risque, dans la population et chez les professionnels de santé ; de "réduire l’écart entre ce qu’on sait et ce qui est fait" ; d’encourager la prévention par la modification des modes de vie ; d’améliorer les registres ; d’encourager le développement des UNV et d’accélérer la prise en charge aiguë des AVC et de financer la recherche d’amont et clinique sur les AVC.

 
Retour | 
SPECIALISTES DE L'HTA
Société Française d'Hypertension Artérielle
Comité Français de Lutte Contre l'Hypertension Artérielle
NEWSLETTER - LA LETTRE DE LA FRHTA
Courriel

inscription     désinscription
HONCODE
RETROUVER NOUS
Facebook Facebook
Last update 14/02/2017 | Concept & Development by Cosmo | HDP