La Fondation de Recherche sur l'Hypertension Artérielle - 5 rue des Colonnes du Trône 75012 Paris(France)
Tel. 01.43.87.81.86 - Fax 01.43.87.81.89 - Courriel : contact.frhta@frhta.org

Articles

Articles

HTA et COVID-19

La progression du COVID-19 en mai 2020

Comme la deuxième vague de #covid n’a finalement pas submergé la France, les faiseurs de peurs nous prédisent maintenant la troisième vague (mortalité des patients non Covid).
Bonne nouvelle concernant les 15 millions de malades chroniques soignés pour une #hypertension, un #diabète ou une #maladiecardiovasculaire, ces patients n’ont pas été en panne de leurs médicaments. En effet, les données de l’assurance maladie indiquent qu’en mars 2020 un pic de délivrance des médicaments anti-hypertenseurs, anti-diabétiques et anti-cholestérols a été observé. En parallèle la #teleconsultation a permis d’assurer la continuité des soins.
Souhaitons que les barrières qui sont tombées à l’occasion de l’épidémie comme : le renouvellement par le pharmacien des médicaments pour les malades chroniques et le remboursement de la teleconsultation pour toutes les maladies, ne se relèvent pas.
Merci aux représentants des professions de santé qui siègent à la Segur de la Santé de veiller à ce que l’administration ne fasse pas machine arrière sur ces avancées qui ont probablement limité les effets défavorables du confinement sur la santé des malades chroniques cardiovasculaires.

Fig 1


En France, 75 % des décès certifiés avec mention #covid19 sont survenus chez les 75 ans et plus et 66% des décès ont été chez des sujets avec comorbidités (la plus fréquente étant l’#hypertension dans cette tranche d’âge). Ces caractéristiques du SARS-CoV-2 étaient connues dès le début de mars 2020 avec comme conséquence la décision de confinement des EHPAD. Cela n’a malheureusement pas empêché le développement de clusters dans de nombreux établissements. De nouvelles stratégies seront à imaginer pour tenter de diminuer l’impact sanitaire de la prochaine épidémie.

TABLEAU 10





















Chaque semaine, grâce au #covid19, la courbe de mortalité toute cause est publiée par l’INSEE. Bonne nouvelle la surmortalité observée pendant les 2 premières semaines d’avril n’existe plus. Actuellement il est même noté une "sous-mortalité". Cette cinétique ne ressemble absolument pas à celle de l’épidémie de virose respiratoire de 2018 qui avait montré un deuxième pic survenant 15 jours après le premier. Un argument de plus pour rassurer et non pas inquiéter la population sur le devenir de l’épidémie en France.

Fig 19


Une publication dans The Lancet du 14 mai 2020 montre que lorsqu’un patient avec un #diabète a le COVID-19, un traitement préexistant comportant un IEC/sartan pour soigner une #hypertension, diminue de près de 50% le risque d’hospitalisation pour forme grave. Ce résultat a été observé chez les patients pris en charge dans les hôpitaux de Madrid en mars 2020. Il confirme les résultats d’études observationnelles réalisées en Chine et en Grande-Bretagne. Des essais prospectifs randomisés sont en cours aux USA et en Europe avec ces médicaments. En cas de confirmation d’un bénéfice, une solution immédiate d’un traitement contre les formes graves des infections à #Coronavirus sera disponible car ces médicaments sont disponibles dans le monde entier sous forme générique.

2



La surmortalité hivernale observée habituellement en France donne aux courbes de mortalité des aspects montagneux ayant chaque année un aspect différent. Dans le rapport hebdomadaire de SpF du 12 mai sur le #COVID-19, la surmortalité en avril 2020 prend l’aspect d’un pic unique et pointu, contrairement aux autres années montrant double pic ou sommet himalayen. Lorsque les chiffres des décès du premier semestre 2020 seront connus, il est probable qu’il ne sera pas noté de surmortalité significative. A qui faudra t’il attribuer cette réussite ?

1


L’hypothèse que le personnel des Ehpa ait joué un rôle dans le développement de l’épidémie du #covid19 en Ile-de- France peut-être évoquée à la lecture de la lettre hebdomadaire régionale de SpF qui montre que 15 773 soignants travaillant dans ces établissements en IDF ont été infectés par le #coronarovirus. Etant donné la contagiosité du virus, il est probable que des dizaines de milliers de sujets, probablement dans le cadre familial du fait du confinement, ont été infectés secondairement.
Les personnels travaillant dans les Ehpa et tous les professionnels de santé en assurant leur travail auprès des patients Covid ont malheureusement aussi contribué à la diffusion de la maladie. L’isolement dans des hôtels, des personnels travaillant dans les établissements de santé et covid+, est un choix qui avait été adopté par de nombreux pays mais malheureusement pas en France en mars 2020.

Tableau 3

Bonne nouvelle, la vague liée au #COVID19 dans les Ehpad et les Ems est terminée selon le dernier bulletin hebdomadaire de Santé publique France du 7 mai. Le confinement ayant été très strict et précoce dans ces établissements il faudra se poser la question de l’origine des contaminations dans chaque établissement et en tirer des enseignements ... pour éviter le deuxième pic.
https://lnkd.in/dVcZKNe

Figure 7

Publication de nouvelles recommandations pratiques sur l’hypertension artérielle par l’International Society of Hypertension. La mesure de la tension avec un tensiomètre électronique en position assise devient le gold standard pour la mesure au cabinet médical et à domicile. Une étape importante pour permettre à la e-santé de se développer en particulier auprès du milliard de patients ayant une hypertension artérielle et qui vivent dans les pays à « low-and middle-income ». Cette guideline propose une prise en charge applicable au plus grand nombre en particulier dans les pays connaissant des limitations pour l’accès aux soins de prévention des maladies cardio-vasculaires.
Il est peut être arrivé le temps où le Pr Jérôme SALOMON va commencer à s’intéresser à la prévention des maladies cardio-vasculaires, la principale comorbidité associée aux formes graves de #covid19

3



Confirmation dans une étude publiée dans The Lancet du 5 mai 2020 que si le #coronavirus responsable du #covid19 peut provoquer des formes graves chez les sujets de moins de 50 ans c’est essentiellement chez ceux ayant une obésité sans distinction entre les hommes et les femmes. L’obésité est fréquente chez les sujets avec une #hypertension et/ou un #diabète ce qui explique possiblement l’observation du cumul des pathologies dans les formes graves des sujets jeunes. Un message de santé publique à utiliser par le Pr Jérôme SALOMON pour aider la population pendant le déconfinement.

4


Une forte intensité du deuxième pic lié au #Covid est la cause de la crainte du déconfinement par une partie de la population. Aux USA lors de la pandémie de grippe de 1918, le deuxième pic, lorsqu’il était observé, n’était d’aucune façon comparable à l’intensité du pic dans les villes n’ayant pas mis en oeuvre de mesures de distenciation.
Ces données ont été publiées en 2007 dans PNAS, la prestigieuse revue de l’Académie des Sciences Américaine.https://https://lnkd.in/dhB97ic
Souhaitons que ce retour d’expérience soit partagé et permette à l’équipe qui entoure le Pr Jérôme SALOMON de ne pas privilégier le pire scénario.
Fig 1

Information importante pour les 10 millions de patients traités pour une #hypertension artérielle et un #diabète. Une publication dans New England Journal of Medicine confirme que les médicaments sartan et IEC sont plus fréquemment retrouvés chez les sujets ayant une forme sévère pulmonaire du COVID-19 car ces patients ont une plus grande fréquence de maladies cardio-vasculaires, ces maladies étant soignées habituellement par des médicaments sartan ou IEC.
De plus, l’étude indique que le suivi d’un médicament anti-hypertenseur de l’une des familles suivantes : antagoniste calcique, bêta-bloquant, diurétique, IEC, sartan n’est pas associé à une forme sévère pulmonaire du #COVID-19. Ces résultats sont valables chez les hommes et les femmes et chez les sujets de moins ou de plus de 60 ans (l’âge moyen de la population étant de 68 ans).



La crainte du "deuxième pic" est forte car elle a déjà été observée... chaque mardi depuis 1 mois ! Cette conclusion s’impose à la vue des chiffres des cas hospitalisés pour #COVID-19. En réalité, l’activité médicale et sa déclaration administrative diminue chaque week-end et se rattrape en début de semaine. Souhaitons que le Pr Jérôme SALOMON n’attribue pas à l’irresponsabilité de la population l’augmentation des contaminations qui sera certainement observée les 5 et 12 mai. Ces "mardis noirs" ne seront que la conséquence des week-end de 3 jours liés aux jours fériés.

5

Dernière modification 02/06/2020

 
Retour | 
SPECIALISTES DE L'HTA
Société Française d'Hypertension Artérielle
Comité Français de Lutte Contre l'Hypertension Artérielle
NEWSLETTER - LA LETTRE DE LA FRHTA
Courriel

inscription     désinscription
HONCODE
RETROUVER NOUS
Facebook Facebook
Last update 08/07/2020 |
Concept & Development by Cosmo | HDP