La Fondation de Recherche sur l'Hypertension Artérielle
 
La Fondation de Recherche sur l'Hypertension Artérielle - 5 rue des Colonnes du Trône 75012 Paris(France)
Tel. 01.43.87.81.86 - Fax 01.43.87.81.89 - Courriel : contact.frhta@frhta.org
Recherche

Articles



Regard des jeunes hypertensiologues

Sel, hypertension et maladie cardiovasculaire

du 15/07/2013

Sel, hypertension et maladie cardiovasculaire



Deux revues de la littérature nous rappellent à quel point le sujet du sel reste «sensible».

Dans la 1ère du NEJM, les trois auteurs relatent les liens entre la consommation en sel, l’hypertension artérielle (HTA) et ses complications cardiovasculaires. Alors que l’American Heart Association recommande en 2011 une cible inférieure à 3,8 g/jour, la consommation moyenne en sel aux Etats-Unis reste importante, estimée à 8.5 g/jour.

L’hypertrophie ventriculaire gauche et l’excrétion urinaire d’albumine sont corrélées à la consommation en sel avec une masse ventriculaire gauche passant de 118 à 142 g/m2 et une excrétion urinaire d’albumine passant de 9.2 à 36 µg/min pour des consommations en sel allant de moins de 6.5 g/j à plus de 13 g/j. A l’inverse, la réponse hypotensive au régime hyposodé est observée chez les sujets hypertendus: pour des «restrictions» en sel variables de 4.5 à 7 g/j, la baisse de pression artérielle atteint 3.7 à 5 mm Hg pour la systolique (PAS) et 0.9 à 2.7 mm Hg pour la diastolique (PAD), mais pas chez les normotendus (1 à 2.3 mm Hg et 0.1 à 1.4 mm Hg, respectivement pour la PAS/PAD).

La sensibilité au sel n’est pas uniforme, plus importante chez les sujets obèses ou atteints de syndrome métabolique, chez les hypertendus à rénine basse et les afro-américains, elle est également accentuée en cas d’alimentation pauvre en potassium. Enfin, la relation entre consommation en sel et morbi-mortalité cardiovasculaire pourrait observer une courbe en J, remettant en question l’intérêt du régime hyposodé...

Dans la 2ème publication du BMJ, de type méta-analytique, les auteurs rapportent que l’absence de restriction sodée est associée à une augmentation du risque d’AVC de 24%, de la mortalité par AVC de 63% et par maladie coronaire de 32%. Par ailleurs, le régime hyposodé n’aurait pas d’effet délétère significatif sur le bilan lipidique ou sur la fonction rénale des sujets adultes étudiés.

En pratique, les apports sodés excessifs sont délétères en termes de pression artérielle, de retentissement cardiaque ou rénal, voire d’évènements cardiovasculaires, mais la restriction sodée reste sujette à discussion, avec toute la subjectivité que cela peut représenter pour un patient donné: habitué à manger «trop» salé, le passage à un régime normosodé lui semblera déjà très hyposodé! Et n’oublions pas que la correction d’apports sodés excessifs est associée à une meilleure efficacité du traitement antihypertenseur y compris dans l’HTA résistante.

Références:

  • Salt in Health and Disease - A Delicate Balance. TA. Kotchen, AW. Cowley, ED Frohlich. NEJM 368;13. March 28,2013
  • Effect of lower sodium intake on health: systematic review and meta-analyses. NJ. Aburto, A. Ziolkovska, L.Hooper, P. Elliot, FP. Cappuccio, JJ. Meerpohl. BMJ2013;346:f1326 doi

Dernière modification 27/03/2014

 
Retour | 
SPECIALISTES DE L'HTA
Société Française d'Hypertension Artérielle
Comité Français de Lutte Contre l'Hypertension Artérielle
NEWSLETTER - LA LETTRE DE LA FRHTA
Courriel

inscription     désinscription
HONCODE
RETROUVER NOUS
Facebook Facebook
Last update 13/06/2017 | Concept & Development by Cosmo | HDP